Procédé

Les diverses étapes, de l’extraction à l’expédition

Avant d’en arriver à un produit fini prêt à être livré aux clients de Niobec, plusieurs étapes d’exploration, d’exploitation et de transformation sont nécessaires. L’exploration comporte diverses activités : le forage au diamant (pour déterminer le potentiel des lentilles) et le forage de définition (pour préciser la teneur en niobium). Une fois le gisement localisé et bien défini, on procède aux travaux de développement minier : le fonçage des galeries (écaillage, déblayage et soutènement).

Viennent ensuite les étapes de production à proprement parler. On procède alors au forage et au dynamitage de production, au soutirage et au chargement du minerai. La mine souterraine opère 24 heures par jour, 7 jours par semaine et extrait, plus de 2,3 millions de tonnes de minerais qui, une fois traitées, permettront de produire environ 5000 tonnes de niobium annuellement.

Le concassage primaire est effectué sous terre. Par la suite, le minerai est hissé jusqu’à la surface où aura lieu un concassage secondaire. Le minerai peut dès lors être acheminé au concentrateur puis au convertisseur.

Méthode d’exploitation

Depuis ses débuts, Niobec utilise l’extraction en chantier ouvert comme méthode d’exploitation minière. La planification et la conception des chantiers s’effectuent à partir de l’information géologique obtenue lors du forage au diamant.

Pour extraire le minerai, les chantiers sont forés à l’aide des trous verticaux d’un diamètre de 17 centimètres (6,5 pouces) et remplis d’explosifs pour être dynamités. Le minerai brisé est recueilli à la base du chantier à l’aide d’une chargeuse navette et chargé dans des camions pour être transporté vers la cheminée à minerai. Le minerai est d’abord concassé sous terre et hissé à la surface avant d’être transféré à l’usine de concentration.

Depuis septembre 1999, la profondeur de l’extraction a varié entre 100 et 440 mètres (300 à 1 450 pieds) sous la surface. Aujourd’hui, un puits de 800 mètres (2 800 pieds) et une rampe fournissent un accès direct aux différents niveaux de la mine qui s’étend maintenant jusqu’à 730 mètres (2400pieds).

Concentrateur

L’usine de concentration de Niobec utilise un des procédés de récupération minérale les plus complexes et élaborés qui existent au monde. En effet, afin d’obtenir un concentré de pyrochlore (58 % de pentoxyde de niobium, Nb2O5), il faut un traitement à l’usine qui comprend plusieurs étapes : le concassage, le broyage, le tamisage, le déchlammage, la séparation magnétique, trois types de flottation, la lixiviation, deux étapes de filtration et le séchage du concentré. Chaque tonne de minerai (1 000 kg) fournit en moyenne 3,4 kg d’oxyde de niobium. Une quinzaine de produits chimiques différents sont utilisés dans le procédé de concentration. Toutefois, les résidus de l’usine de concentration sont d’un ph neutre, c’est-à-dire, qu’ils ne sont pas générateurs d’acides, et ils sont constitués principalement de carbonates.

Convertisseur

La conversion du concentré de niobium en ferroniobium (FeNb) est effectuée sur place à l’aide d’une réaction aluminothermique. Ce procédé utilise cinq composantes : le concentré d’oxyde de niobium (Nb2O5), la poudre et les granules d’aluminium, du fer métallique, du nitrate de sodium, du fondant et des matières fines recyclées. Cette combinaison produit une puissante réaction exothermique générant suffisamment de chaleur pour porter la température à plus de 2 250°C faisant fondre toute la charge en moins de dix minutes. Une charge typique de 6400 kg génère 2400 kg de ferroniobium. Après une période de refroidissement, le ferroniobium est concassé aux dimensions exigées par chaque aciérie, empaqueté dans des contenants de 10 à 1 500 kilogrammes et expédié partout dans le monde.

Le contrôle de qualité

Niobec est accréditée à la norme internationale ISO 9001 : 2008. Le contrôle et l’assurance qualité sont effectués à tous les niveaux de production. La qualité des matières est vérifiée régulièrement. L’opération de concentration est contrôlée tout au long du procédé de traitement. Plusieurs points stratégiques font l’objet de contrôle à l’aide d’un analyseur en continu. Plusieurs autres points sont échantillonnés régulièrement dans le circuit de flottation, puis acheminés au laboratoire de contrôle.

Au convertisseur, les produits de la réaction sont échantillonnés systématiquement, de même que le ferroniobium lors du concassage et de l’empaquetage pour en déterminer différentes caractéristiques, telles la composition chimique et la granulométrie.

Le laboratoire de contrôle dispose de standards certifiés et d’appareils des plus modernes pour faire l’analyse chimique des échantillons, entre autres d’un spectromètre à fluorescence par rayon X, d’un analyseur d’émissions atomiques au plasma et d’appareils spécifiques pour le carbone, le soufre et d’autres éléments. Pour couvrir tous ces secteurs, pas moins de 100 000 analyses sont faites annuellement par le personnel du laboratoire.

Le Guide et bonnes pratiques pour un processus harmonieux d’acquisition et d’indemnisation est la propriété intellectuelle du Comité du milieu. Les demandes de reproduction ou de traduction doivent être adressées au bureau de relations avec la communauté de Niobec.

Retour

Continuer